Le début des embrouilles

-Aujourd’hui, je vais boire jusqu’à fatiguer. Mon pote est directeur.

-Heureusement que ce n’est pas toi qui es nommé directeur.

-T’imagine Ted directeur de sa banque ?

-Il renvoie sa Daronne direct et il renoue avec Éliane. Sans compter toutes les petites qui défilent chaque soir ici.

L’ambiance est bon enfant à la «Remontada» quand la bande des quatre se retrouvent autour d’un verre pour fêter les nouvelles fonctions de Marc.

-Toi Éric avec ta grande gueule. Écoute-moi bien. Même sans être directeur de banque, je peux me taper toutes les belles filles de cette ville.

-N’importe quoi !

-Il a raison. Mais il oublie de dire que c’est avec l’argent de la Daronne qu’il va le faire.

Richard et Éric éclatent de rire. Les quatre garçons se voyaient de moins en moins. Ted devait gérer la Daronne et Éliane. Marc rentrait désormais directement à la maison après le travail pour passer du temps avec Pamela. Richard avait perdu son travail. Il ne se sentait pas la force d’appeler ses amis pour sortir. D’autant qu’il n’avait plus de sous. C’est d’ailleurs Marc qui a insisté pour qu’il soit là ce soir.

-Mais toi, qu’est-ce qui t’arrive ? Nous on est là, on rigole. Et toi tu fais le timide ?

 Ted interpelle Marc dont le silence depuis le début de la soirée commençait à interroger ses amis.

-Non non. Ça va. Je vais bien.

-C’est le charisme du directeur, raille Éric qui fait signe à l’une des serveuses du bistrot de venir à leur table.

-Tu vois mon ami ici, c’est un grand quelqu’un. On est en train de boire en son honneur. Il est directeur. Mais on est entre garçons. Appelle-nous deux de tes plus belles copines pour qu’elles nous rejoignent. Elles vont décorer la table. D’accord ?

-Ok. Elles arrivent tout de suite.

La jeune serveuse s’approche de Marc et lui glisse à l’oreille : «Celles qui vont venir seront pour tes amis. Je m’occuperai moi-même de toi».

-Voilà quelqu’un qui sait faire monter la pression, lance Richard.

-Il faut anticiper les désirs du directeur. Il n’a pas le moral. Jessica est partie. Pamela, il n’en veut pas. Il faut lui trouver un produit de substitution, répond Éric.

-Je ne vais pas traîner. Pamela m’attend à la maison.

-Comment ça, elle t’attend à la maison ?, demande Ted qui jette un coup d’œil furtif aux deux autres amis.

-Elle a emménagé chez toi ?, insiste Richard.

Pas encore mais c’est tout comme. Ne me lancez pas ces regards-là. C’est vous qui me l’aviez conseillé.

Éric ouvre grands les yeux.

-J’ai manqué un épisode ?

-Ted et Richard m’avaient conseillé de ne pas la rejeter. J’ai donc accepté de la voir plus souvent. Au début, elle venait chez moi une fois par semaine. On parlait de sa grossesse, de ses rendez-vous chez le médecin et tout le tralala. Et puis, elle s’est proposée de cuisiner pour moi, de s’occuper de la maison.

-Et ce qui devait arriver arriva, coupe Éric.

Tout le monde avait compris autour de la table. Plus personne ne parlait. Chacun avait une bonne raison de réfléchir à ce qu’il pouvait dire. Éric pensait à Jessica. Ted et Richard se demandaient si leur ami ne leur imputait pas indirectement la situation qu’il était en train de connaître. Et Marc lui-même semblait encore plus confus. C’est en parlant à ses amis qu’il se rend compte de l’absurdité de la situation qu’il entretenait. Marié encore à Jessica, il tentait de convaincre son épouse de revenir à Kinshasa pour le bien de leur fille. En même temps, il était sur le point d’assumer sa relation avec Pamela. Tout ceci faisait désordre.

C’est l’arrivée des deux jeunes filles à qui Éric avait fait appel qui sort le groupe de son silence.

-Ça va les garçons ? Vous vous amusez bien ?, demande l’une d’elle.

-On vous attendait, répond Ted qui leur tend un billet de 50 dollars américains et leur demande de s’installer à une table plus loin.

-On vous fait signe tout à l’heure, leur explique Richard qui a vu le regard que les deux jeunes filles se sont échangé après la requête de Ted à qui il lance : tu as des manières des riches maintenant. Tu traites tous ceux qui n’ont pas ton niveau comme des choses à acheter.

-Franchement, je ne sais pas quoi faire, poursuit Marc. Pamela sera bientôt la mère de mon enfant. Jessica est partie comme une voleuse avec ma fille.

-Sauf que si Jessica est partie, c’est de ta faute, tente de nuancer Richard.

-Je n’ai jamais été d’accord avec Jess sur ce coup-là. Elle est notre amie. On se connaît depuis des lustres. Elle est mariée avec notre pote qui a déconné. Mais elle ne pouvait pas partir comme cela avec Eunice. Ce n’était pas cool, fait savoir Ted.

Éric ne disait plus rien. Depuis quelques semaines, il est en lutte avec lui-même. Les discussions avec sa mère et Jessica avaient réveillé en lui des vieux souvenirs qu’il ne voulait pas voir ressurgir. A l’école et à l’université, il a longtemps été amoureux de Jessica. Mais il ne lui a jamais rien dit pour des raisons qu’il se refuse encore à se l’avouer. Et c’est Marc qui l’a finalement épousée.

-Est-ce que tu l’aimais ?

La phrase lui avait échappé. Éric ne s’est pas rendu compte qu’il l’a effectivement prononcée. Ses trois amis autour de la table se regardent pour être sûrs qu’ils ont bien entendu la même chose.

-Qu’est-ce que tu essaies d’insinuer, lui demande Marc.

Face au silence de son ami, Marc se lève et s’avance vers Éric. Ted et Richard s’interposent entre les deux…

Publié par Joël Bofengo

Catholique. Journaliste congolais. Curieux de tout (sauf de gastronomie). Fan de Liverpool FC.

3 commentaires sur « Le début des embrouilles »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :