Ça aurait dû être Jessica

-Je ne veux pas d’elle.

-Mais maman…

-Ne me dis pas que c’est ton choix et que je dois m’y accommoder. Si c’est une formalité, ne demande pas mon avis sur la femme que tu veux épouser. Épouse-la. Et c’est tout.

-Tu n’as pas le droit de m’interdire d’épouser la femme que j’aime.

-Je ne t’interdis rien. Mais si c’est elle, je ne te donnerai pas ma bénédiction.

Depuis qu’elle a vu la jeune fille que son enfant veut épouser, la mère d’Éric ne cache pas sa désapprobation. Entre la maman et l’enfant, c’est le dialogue des sourds. La mère qui a vu les photos de la jeune fille sur son compte Instagram ne comprend pas le choix de son fils. Éric qui sait sa mère si ouverte et si moderne ne semble pas comprendre sa réaction.

-Si je résume ta position, tu refuses que j’épouse une femme parce qu’elle porte des tatouages sur son corps.

-Pour une caricature, c’est bien réussi.

-Mais qu’est-ce que tu lui reproches à la fin ?

-Tu trouves normal que celle qui sera la mère de tes enfants passe sa vie à publier les photos de son corps presque nu sur les réseaux sociaux.

-Maman, on est en 2016. C’est tout à fait banal.

Rebecca est une influenceuse. Sur Facebook et Instagram où elle fait la promotion des produits cosmétiques et d’accessoires de mode, elle dispose d’une communauté de plus de 100 000 fans. Elle s’est fait connaître sur les réseaux sociaux en publiant des photos suggestives. En petite culotte, en robe de nuit ou en string sur une plage, la jeune demoiselle alimente tous les jours son compte Instagram. Éric qui sait sa mère très au fait des évolutions technologiques se doutait bien qu’elle serait tombée sur ces photos.

-Désolée. Mais pour moi, ce n’est pas banal qu’une femme se montre en petite culotte sur la place publique. C’est déplacé. C’est immoral.

-C’est le monde d’aujourd’hui, qu’est-ce que tu veux…

-Je n’ai jamais vu Jessica en petite culotte en public. Elle est peut-être aussi vieille que moi…

-C’est quoi cette fixation sur Jessica ? Je croyais que les années t’avaient changée.

La mère d’Éric n’a jamais digéré le fait que son fils n’ait pas épousé son amie d’enfance. Elle a toujours reproché à son enfant d’avoir laissé Marc épouser Jessica.

Quand ils étaient à l’école aux «Petits génies» à Kinshasa, Éric et Jessica étaient très proches. Alors qu’à l’université, Marc, Richard et Ted s’étaient plutôt éloignés de leur ancienne camarade de classe, Éric avait maintenu les liens. Jessica rendait souvent visite à la mère d’Éric quand elle étudiait le droit à l’UPC. A la fin de ses études, Éric qui a rapidement trouvé un boulot dans une entreprise de microfinance voulait d’abord «profiter» de la vie avant de s’engager sérieusement. Jessica voulait se marier. Les deux n’en ont jamais ouvertement parlé. Mais chacun a deviné les aspirations de l’autre et a laissé faire.

La mère d’Éric qui a élevé seule son fils a toujours trouvé beaucoup de qualités à Jessica au sujet de laquelle elle ne tarit pas d’éloges. Quand Marc et Jessica se sont mariés, elle n’avait pas caché sa déception. «Ton fils ne m’a jamais demandé en mariage», lui avait répondu Jessica.

Pour manifester sa désapprobation, la mère d’Éric n’avait pas assisté à la fête de mariage malgré l’insistance de Jessica. Cette dernière n’a pas gardé rancune. La preuve : quand son mariage a commencé à battre de l’aile, Jessica s’est beaucoup rapprochée de la dame. C’est d’ailleurs à elle qu’elle a confié pour la première fois son envie de quitter Kinshasa pour refaire sa vie ailleurs. La mère d’Éric l’y a encouragée.

-Maman, tu as vraiment fait ça ?

-Oui. C’était la meilleure décision pour elle.

-Pourquoi tu ne m’en as jamais parlé ?

-Parce que tu ne sais pas prendre les bonnes décisions. La preuve avec cette Rebecca…

Éric n’en revient pas. Alors qu’il avait fait jouer sa proximité avec Jessica pour convaincre cette dernière de pardonner à Marc et de retrouver son foyer, sa mère encourageait la jeune dame à s’en aller.

-Ce mariage n’aurait jamais dû avoir lieu.

-Tu es vraiment incroyable, maman.

-C’est Jessica que tu aurais dû venir me présenter comme ta future épouse et pas cette espèce de Kim Kardashian des pauvres.

-Je m’en vais…

Les mots durs de sa mère trouvent pourtant un certain écho dans l’esprit d’Éric. Cette dame, ancienne magistrate, a perdu son époux quand son unique enfant était âgé de 4 ans. Elle ne s’est jamais remariée. Elle a élevé Éric à la dure, mettant un point d’honneur à ce que son fils ait toujours les meilleures notes à l’école. A son enfant, Monique a tenté de transmettre le goût du travail acharné, de l’effort et de la persévérance. Elle voulait que son fils réussisse comme son père, puissant conseiller de l’ancien chef de l’État Mobutu. Mais depuis qu’Éric a terminé ses études en informatique à l’Université de Kinshasa et trouvé son premier travail, «maman Monique» a le sentiment que son fils n’évolue pas.

Éric en a conscience. Jusqu’avant cette discussion avec sa mère, il était convaincu que Rebecca, jeune fille libre, belle et sûre d’elle, l’aiderait à retrouver sa voie.

Mais l’évocation de Jessica jette Éric dans le trouble. Elle lui rappelle un passé qu’il s’était efforcé d’oublier. Sa mère avait visé juste…

Publié par Joël Bofengo

Catholique. Journaliste congolais. Curieux de tout (sauf de gastronomie). Fan de Liverpool FC.

Un avis sur « Ça aurait dû être Jessica »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :