Pause d’octobre

Bonjour chers lecteurs.

Je vous adresse ce billet pour deux raisons : vous remercier et faire une petite annonce.

Je vous remercie pour votre intérêt. Même dans mes prévisions les plus optimistes, je n’avais jamais imaginé que les courtes histoires que je raconte sur ce blog seraient autant lues. Pour le seul mois de septembre qui s’achève, le blog a enregistré trois cents vues. J’y ai publié quatre histoires. En août, c’était deux cent quarante vues pour les cinq histoires que j’ai publiées.

Cet intérêt grandissant pour cet espace et pour les histoires que j’y raconte m’encourage et m’oblige. Il m’oblige à vous proposer davantage de textes de meilleure qualité.

Quand je me suis lancé dans l’écriture des fictions sur ce blog en juillet dernier, je me disais intérieurement que chaque histoire serait comme une bouteille lancée à la mer. De toute évidence, chacune des bouteilles a trouvé preneur. Je vous en remercie infiniment.

Des bouteilles, j’en lancerai bien d’autres.

Mais pour le moment, je voudrais faire une petite pause.

Vous le savez sûrement, l’écriture est à la fois un plaisir et une douleur. Le plaisir de pouvoir partager des imaginaires avec des personnes qui, autrement, ne les auraient jamais découverts. Le plaisir de raconter, et quelque fois de se raconter. Le plaisir de donner à voir ou à savoir.

Mais c’est également une douleur. Celle de trouver le mot juste. La phrase adaptée. La bonne formule. La douleur de se retrouver face à une feuille blanche sans pouvoir y inscrire quoi que ce soit alors même que l’on meurt d’envie de la remplir de belles phrases pour raconter une histoire. La douleur de se réveiller en pleine nuit pour rédiger un paragraphe qui vous est passé à l’esprit. Pour capter un son, une odeur, une image que l’on va reproduire dans le prochain épisode.

De ma petite expérience, j’ai appris que de la douleur de l’exercice naît le plaisir de partager un beau texte. Plus l’accouchement est douloureux, plus le bébé est beau. Pour reprendre la métaphore de la navigation, plus la traversée est tumultueuse, plus l’arrivée au port sec est belle.

Et tous les navigateurs vous le diront, une fois arrivé au port après des nuits de tempête sur la mer, rien ne vaut un bon repos sous le soleil pour reprendre des forces…avant la prochaine traversée.

C’est ce que je vais faire pendant tout le mois d’octobre qui arrive. Je vais me reposer. Je ne publierai aucun contenu durant tout ce mois.

Les histoires vont-elles vous manquer ? Je m’en excuse déjà. Mais je vous promets que je vous en raconterai encore des meilleures dès le début du mois de novembre.

Je vous souhaite beaucoup de soleil et de joie dans vos vies. N’arrêtez pas de lire et d’être curieux. Et je vous retrouve dans quelques semaines pour de nouvelles Histoires courtes.

A bientôt ! 

Publié par Joël Bofengo

Catholique. Journaliste congolais. Curieux de tout (sauf de gastronomie). Fan de Liverpool FC.

Un avis sur « Pause d’octobre »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :